Harrys Hafenbasar: entre caverne d'Ali Baba et cabinet de curiosités...

Si vos flâneries du jour vous mènent dans la Hafencity, sur les quais de Sandtorkai, au-devant d'une grue-ponton décorée d'un scaphandrier nous rappelant Le Trésor de Rackam le Rouge, n'hésitez pas à quitter la terre ferme pour embarquer sur cet engin flottant; pour quelques euros symboliques, vous plongerez alors dans un lieu culte, à mi-chemin entre caverne d'Ali Baba et Kuriositätenladen. Le Harrys Hamburger Hafenbasar est à la fois une boutique, un musée et surtout un petit pan d'histoire d'une métropole ouverte sur le monde....

Petit retour de rigueur dans le St Pauli des années 1950, où après avoir parcouru les océans, Harry Rosenberg décide de jeter l'ancre et d'ouvrir une boutique de timbres, de médailles et de pièces. Son fond de commerce ne rencontre pas le succès espéré mais par contre, les clients s'intéressent de très près aux masques exotiques et souvenirs des quatres coins du monde qui décorent la boutique. Harry change donc de cap et en 1954, il transforme son commerce en musée-boutique. Sa collection prend très vite de l'ampleur grâce aux marins en escale à Hambourg et heureux de se faire quelques sous en cédant leurs trésors des mers ou des continents lointains au maître du Hafenbasar. Le bazar de Harry devient rapidement une institution sur le Kiez et les acheteurs, collectionneurs ou simples curieux apprécient le joyeux fatras de statues africaines, d'animaux exotiques empaillés, de bouddhas souriants, de masques chinois, de flèches, lances ou fusils passés d'âge, sans oublier les tsantzas ou têtes réduites, autrefois réalisées à partir de têtes humaines dans certaines tribus d'Amérique du Sud.

En 1996, le Harrys Hafenbasar doit quitter ses quelques 2600 m2 du numéro 65 de la Bernhard-Nocht-Straße pour laisser place à une extension du musée de l'art érotique. Le nouveau local est seulement un pâté de maison plus loin mais le déménagement de plusieurs milliers de pièces de la collection semble impossible jusqu'à ce que, suite à un appel dans la presse locale, une chaîne humaine impressionnante se forme le 24 août 1996 pour transporter tous les trésors de Harry d'un bâtiment à l'autre... Harry Rosenberg décide simultanément de se retirer et vend son commerce à sa fille. Les années qui suivent semblent marquer la fin d'une période de vaches grasses, avec d'autres déménagements, la diminution constante de la surface d'exposition et des clients moins fidèles. Le Harrys Hafenbasar reste cependant un passage obligé pour nombre de touristes. En 2011, la descendante de Harry décède brusquement et c'est sa fille, alors âgée de 18 ans, qui reprend provisoirement la boutique-musée. Quelques mois plus tard, c'est un ancien ORL baroudeur, le Dr. Gereon Boos, qui, fasciné par la collection et son histoire, reprend les rênes. Les locaux devant être libérés fin 2012, un nouveau déménagement s'impose et le choix est fait de jeter l'ancre dans la Hafencity, à bord d'un bateau-grue. Le nouveau propriétaire ne profitera malheureusement que quelques mois de sa nouvelle passion, car il décède brutalement en mars 2014. Aujourd'hui, grâce à l'engagement des membres de l'association "Hafenbasar e.V." de la nouvelle responsable de la boutique-musée, l'oeuvre de Harry Rosenberg continue de vivre et d'accueillir de nombreux touristes ou collectionneurs; les oeuvres présentées dans les soutes du ponton-grue s'admirent et sont également à vendre, à l'exception bien sûr des têtes réduites ou des singes empaillés.


Informations pratiques:
Harrys Hamburger Hafenbasar

Sandtorkai - Sandtorhafen, ponton 5

20457 Hamburg-Hafencity

www.hafenbasar.de

www.facebook.com/HarrysHafenbasar

Entrée: 5 €

Heures d'ouverture: fermé en hiver, sinon samedi et dimanche de 11h00 à 16h00 (sous réserve de changements, à vérifier sur le site internet).

 

monhambourg, 15 avril 2015