Hambourg et ses bunkers, un patrimoine en béton

Aucune autre ville allemande n'aura connu un tel élan de construction de bunkers ou blokhaus anti-aériens pendant la seconde guerre mondiale. Le régime nazi, jugeant que la métropole occupait une position industrielle névralgique, qu'il fallait protéger la population civile de potentiels raids aériens alliés et installer tout un système de défenses anti-aériennes, se lance à partir de 1940 dans un programme massif de construction d'abri souterrains, d'immeubles ou de tours de béton.  A la fin de la guerre, Hambourg ne compte pas moins de 1051 installations. Les forces d'occupation britanniques tentent bien d'en faire dynamiter le plus possible mais en 1950 il reste encore 1026 bunkers. Loin d’être abandonnés, une nouvelle fonction est attribuée à certains d’entre eux pendant la période de guerre froide: ils sont censés accueillir les populations civiles et surtout les personnes jugées indispensables au bon fonctionnement de la société civile en cas d’attaques venant de l’autre côté du rideau de fer.

Aujourd’hui quelques 650 vestiges de cette époque sont encore présents dans le patrimoine de notre Hansestadt. Leur utilisation est très diverse et certains sont inscrits au patrimoine culturel.

La plupart des bunkers sont souterrains et échappent donc à notre regard. Seuls les curieux ou les passionnés de l'Histoire savent ainsi que sous la place de la gare centrale se cache l’un des plus grands bunkers, le Tiefbunker Steintorwall, pouvant accueillir, en cas de crise, 2702 personnes. Remis en l'état entre 1965 et 1969, il impressionne le visiteur par ses 150 salles, ses couloirs de près de 80 mètres de long, ses installations pensées jusque dans les détails, le tout sur une surface de 2700 mètres carrés. Un autre vestige se situe sous la place de Spielbudenplatz, au coeur de la Reeperbahn. Ce bunker disposait de 5000 places et a été transformé en parking souterrain après la guerre.

Outre ces énormes surfaces souterraines, les nazis ont également construit un grand nombre de Röhrenbunker, autorisant ainsi une surface de construction sur un espace moins généreux. Ces bunkers ressemblant à d'énormes conduits se situent encore aujourd’hui entre des constructions normales. Leur accès et leur utilisation ( par exemple comme entrepôt)  est aujourd’hui limité et leur état plutôt mauvais (humidité, eau ayant envahi tout l’espace...)

Du côté des Hochbunker, le plus connu est incontestablement celui situé sur le Heiligengeistfeld (photo ci-dessus). D’une superficie de 75 x 75 mètres et d’une hauteur de 35 mètres, il est l’exemple parfait d’une reconversion réussie: il accueille aujourd’hui plusieurs sociétés, un magasins d’instruments de musique et Uebel&Gefährlich, l'un des meilleurs night-clubs de Hambourg. Si le projet lancé l'an dernier voit le jour, la grisaille du monument devrait être remplacée d'ici 2017 par une structure de jardins urbains. Son „collègue“ de Wilhelmsburg  a quant à lui été transformé en Energiebunker, en centrale à énergie verte: équipé de panneaux solaires, il est ainsi devenu centrale thermique et produit de l'électricité pour le quartier. Notre Tipp: de la terrasse du café vju, à 30 mètres de haut, vous avez une vue  exceptionnelle sur la skyline hambourgeoise.

Celui-ci a été entièrement équipé de panneaux solaires et fonctionne maintenant comme une centrale thermique, ce qui lui permet de générer suffisamment d’électricité pour alimenter tout le quartier en chaleur et en eau chaude. Tout en haut de la station d’alimentation se trouve le Vju., un café/bar conçu entièrement en verre dont l’immense terrasse offre une vue panoramique sur la ville, sous un angle plutôt inhabituel. Depuis ce point de vue, vos yeux pourront se promener entre la région industrielle de Wilhelmsburg, le port et ses containers et plus loin les façades scintillantes de l’Elbphilharmonie et le l’HafenCity, les deux emblèmes culturels d’Hambourg. - See more at: http://blog.urbanoutfitters.co.uk/?p=18518#sthash.LUPAwCDA.dpuf
Celui-ci a été entièrement équipé de panneaux solaires et fonctionne maintenant comme une centrale thermique, ce qui lui permet de générer suffisamment d’électricité pour alimenter tout le quartier en chaleur et en eau chaude. Tout en haut de la station d’alimentation se trouve le Vju., un café/bar conçu entièrement en verre dont l’immense terrasse offre une vue panoramique sur la ville, sous un angle plutôt inhabituel. Depuis ce point de vue, vos yeux pourront se promener entre la région industrielle de Wilhelmsburg, le port et ses containers et plus loin les façades scintillantes de l’Elbphilharmonie et le l’HafenCity, les deux emblèmes culturels d’Hambourg. - See more at: http://blog.urbanoutfitters.co.uk/?p=18518#sthash.LUPAwCDA.dpuf
Celui-ci a été entièrement équipé de panneaux solaires et fonctionne maintenant comme une centrale thermique, ce qui lui permet de générer suffisamment d’électricité pour alimenter tout le quartier en chaleur et en eau chaude. Tout en haut de la station d’alimentation se trouve le Vju., un café/bar conçu entièrement en verre dont l’immense terrasse offre une vue panoramique sur la ville, sous un angle plutôt inhabituel. Depuis ce point de vue, vos yeux pourront se promener entre la région industrielle de Wilhelmsburg, le port et ses containers et plus loin les façades scintillantes de l’Elbphilharmonie et le l’HafenCity, les deux emblèmes culturels d’Hambourg. - See more at: http://blog.urbanoutfitters.co.uk/?p=18518#sthash.LUPAwCDA.dpu

Une autre catégorie de ces bunkers historiques est tellement bien intégrée au paysage urbain que nous ne soupçonnons pas automatiquement leur origine historique. Faisant aujourd’hui office de bar („Turmbar“ sur la Rothenbaumchaussee près de Dammtor), de restaurant (portugais, entre Baumwall et Landungsbrücke, photo de gauche) ou encore de magasin, ces Rundbunkers, furent construits entre 1939 et 41 par Paul Zombeck. Outre des murs épais de 2 mètres, ils n’avaient pas d’escalier mais une rampe continue pour monter (ou descendre) à l’intérieur de la tour. Prévus pour accueillir 600 personnes, près de 1500 personnes s’y serraient pendant les bombardements

D’autres bunkers, plus modestes en taille, se sont également complètement fondus dans le paysage urbain d’après-guerre (photo ci-dessus). Souvent situés dans des quartiers très prisés, ils ont été achetés à la ville de Hambourg par des particuliers ou des investisseurs et transformés en habitation. Les travaux nécessaires étant souvent dispendieux et onéreux (l’épaisseur des murs ne favorisant pas les ouvertures nécessaires au passage de la lumière), ils bénéficient généralement d’une surélévation et de la construction de lofts spacieux.

 

Tous les bunkers ne bénéficiant pas d’une reconversion historique, le risque est grand de voir ce patrimoine historique unique tomber en ruines ou d'être détruit au bénéfice de programmes de constructions neuves. Pour cette raison, deux associations se sont fixées pour objectifs d’entretenir, de documenter et de le faire découvrir aux touristes de passage mais surtout aux Hambourgeois ce patrimoine: Hamburger Unterwelten et unter hamburg proposent régulièrement des visites guidées de ces monuments. Le Bunkermuseum dans le quartier de Hamm est également très intéressant pour qui souhaite en savoir plus sur le rôle des bunkers pendant les bombardements de la seconde guerre mondiale. Un patrimoine qui sort des sentiers battus à découvrir très vite !

 

monhambourg, 15 janvier 2016