10 choses presque (in)utiles à savoir sur Hambourg ("best off" II)

Après le succès de mon premier post, je continue sur ma lancée car la liste des choses presque (in)utiles à connaître sur ma ville d'adoption est encore très longue.  En 5 années de bloggeries franco-hambourgeoises, j'ai accumulé un grand nombre d'informations, les unes sources d'inspiration pour le blog et beaucoup d'autres frôlant le surprenant, le futile ou le presque inutile. Voici donc mon second "best of"... n'hésitez pas à le compléter en bas de page...

  • "Il est interdit de vexer les cygnes de l'Alster", sous peine de poursuites judiciaires. Cette interdiction date d'un décret issu par le sénat de Hambourg en 1664 et est toujours en vigueur !! Pour mieux la comprendre, il faut savoir que le Alsterschwan est l'un des symboles hanséatiques. Une tradition qui remonte au 14ème siècle avec le statut de ville indépendante donné à Hambourg; les autorités de l'époque décident alors de s'accorder le droit de posséder des cygnes, un privilège jusque là normalement réservé à la noblesse. Les cygnes ont également un gardien, le Schwanenvater (littéralement le père des cygnes) dont la mission unique est de veiller au bien du noble animal. Pour en savoir plus, cliquez ICI pour lire ou relire l'article qui y est consacré
Source & Copyright: Mopo
Source & Copyright: Mopo

  • L'opération "cape de camouflage" des Nazis: Les autorités hambourgeoises nazies tentèrent en 1941 de tromper les Alliés en érigeant sur l'Alster, entre Jungfernstieg et le pont Lombardsbrücke, une construction à partir de bois, fils de fer et roseaux et un faux pont. L'objectif de cette opération "Tarnkappe": faire croire aux pilotes des avions de bombardement que le centre de Hambourg était situé plus au nord... une tentative qui échoua très vite puisque la presse anglaise s'empressa de publier les photos du "avant" et du "après" (voir ci-dessus).
  • "Mexikaner": rien à voir avec un moustachu affublé d'un sombréro et d'un poncho mais plutôt avec St Pauli dont c'est un incontournable des tournées de bars: c'est la boisson reeperbahnienne par excellence, plutôt des fins de soirées, avec mal de crâne ultérieur assuré en cas d'abus. A base de tomate et de schnaps, le Mexikaner est né il y a plusieurs décennies dans le célèbre bar (aujourd'hui disparu) "Steppenwolf" et aujourd'hui presque chaque comptoir de bar du quartier s'énorgueillit d'avoir sa propre recette, à base d'eau-de-vie, de vodka, de tequila ou encore d'un mélange des trois... à cela se rajoute une cuillerée de tabasco ou une pincée de piment pour un résultat explosif !
    Pour la petite histoire, le Mexikaner s'est offert une mini campagne marketing à l'occasion du G20 (juillet 2017): les bars de St Pauli ont décrété que c'était le symbole parfait pour s'opposer (tout à fait symboliquement) à un certain président américain lancé dans un projet de construction d'un mur entre son pays et le Mexique. Chido, non ?
Source: Wikipedia
Source: Wikipedia

  • L'horloge du Michel: l'église St Michaelis, affectueusement surnommée le Michel par les Hambourgeois, est dotée d'une horloge (Turmuhr) aux dimensions XXL. C'est la plus grande d'Allemagne avec un cadran de 8 mètres de diamètres; quant aux aiguilles, celle des lettres fait 5 mètres de long et celle des minutes 3,6 mètres de long. Chaque aiguille pèse 130 kg.
  • Les chevaux de Napoléon! En décembre 1913, au cours de la période d'occupation napoléonienne, le Maréchal Davoult, commandant des troupes françaises, donne l'ordre de transformer les principales églises de Hambourg (à l'exception de St Michaelis) en écuries et en entrepôts de foin. 2200 chevaux sont ainsi hébergés. Pire encore, en cette période de siège, tous les habitants de Hambourg incapables de se nourrir par eux-même pendant une période de 6 mois sont chassés de la ville au moment de Noël. Ces épisodes sont encore très présents dans la mémoire collective hambourgeoise...
Eglise de St Petri / Gravure allemande
Eglise de St Petri / Gravure allemande

  • C'est à Hambourg que l'on travaille le plus! Du moins s'il l'on se fie au nombre de jours fériés et à l'inégalité criante entre Nord et Sud de la Bundesrepublik. Les Bavarois bénéficient de 13 jours chômés tandis que dans le Land de Hambourg, seuls 9 jours fériés nous sont accordés... une question qui occupe même les syndicats qui  réclament que le jour férié supplémentaire de 2017 (le 31 octobre, en raison du 500ème anniversaire de la Réforme protestante initiée par Martin Luther) le soit désormais chaque année... pour en savoir plus, cliquez ICI pour lire ou relire l'article consacré au sujet!
  • La Kita la plus cool au monde: le jardin d'enfants le plus cool au monde est à St Pauli, du moins si l'on en croit le classement du New York Times! "Piraten-Nest" (littéralement le nid des pirates) est un Kindergarten bien particulier puisque situé dans le Millerntor, le stade du club de football hambourgeois St Pauli. Les journalistes américains ont été particulièrement impressionnés par le fait que les enfants et leurs parents puissent assister gratuitement à tous les matchs et soient en contacts presque quotidiens avec les joueurs du club.
  • Matthiae-Mahl, le plus ancien banquet d'honneur au monde: chaque année, en février, c'est un petit air de magnificience versaillaise qui flotte sur l'hôtel de ville de Hambourg. Nous sommes bien loin de l'habituelle réserve hanséatique avec ce banquet hors normes: 400 invités royalement installés dans l'immense salle des fêtes du Rathaus, une prestigieuse tablée de 132 mètres de longues, 118 serveuses et serveurs, 16 cuisiniers, un menu tenu secret jusqu'à l'heure H et 3000 couverts en argent qui nécessitent au préalable une semaine entière de nettoyage. Pour en savoir plus, cliquez ICI pour lire ou relire l'article qui y est consacré.

  • Le DOM de Hambourg n'est pas une cathédrale. Dom signifie cathédrale en allemand mais à Hambourg, c'est le nom donné à la fête foraine, trois fois dans l'année. Au 16ème siècle, commerçants  et artistes de rue itinérants avaient l'autorisation de s'installer pendant la période précédant Noël autour de ce qui était alors la cathédrale de Hambourg, le Mariendom. Lorsque l'édifice religieux fut détruit pour des raisons politiques en 1805, les marchands et ancêtres des forains durent déménager et prirent progressivement l'habitude de s'installer sur le terrain du Heiligengeistfeld. Dom, le surnom donné aux festivités, fut conservé. Au Winterdom hivernal de la fin du 19ème siècle, se rajouta une édition printanière, le Frühlingsdom et après la 2nde guerre mondiale, un troisième rendez-vous annuel avec le Sommerdom.
  • Jungfernstieg: "ralentis ou tu vas être mis en boîte": Hambourg a un problème de grosses carosseries! Certains conducteurs de Maserati, Mercedes, Porsche ou autres gros moteurs éprouvent le besoin de faire la démonstration de leurs "chevaux" le week-end en centre-ville et n'hésitent pas à pousser sur le champignon le long du boulevard Jungfernstieg... la réponse de la police locale: depuis 2015, deux radars trônent le long de cette artère, de chaque côté (respectivement en face du magasin Alsterhaus et du café Alsterpavillon) et prennent les amateurs de grande vitesse en flagrant délit!

 

 

19 trucs presque (in)utiles à savoir sur Hambourg
(Best of I)
lire l'article

 

Les "Hamburger": qui sont-ils ?

Mais qui sont-ils ces "Hamburger", ces Hambourgeois? Rien de tel qu'un petit tour au pays des statistiques pour nous révéler tout ce que nous pouvions ignorer encore sur notre Hansestadt préférée lire la suite

Kommentare: 0