Hambourg et sa petite touche vénitienne...

Hambourg compte nombre de joyaux architecturaux mais tout occupés que nous sommes à vaquer à nos occupations professionnelles ou à nos déambulations de lèche-vitrine, nous en oublions parfois de lever les yeux...
Les Alsterarkaden ou arcades de l'Alster font partie de ces lieux où il fait bon s'attarder: les boutiques ou restaurants à y découvrir méritent un détour mais surtout le passage met en scène une partie de l'histoire de la Hansestadt et nous fait rêver de cieux très méditerranéens...

Mais tout d'abord, un retour dans le passé s'impose... Le Grand Incendie (Hamburger Brand ou Großer Brand) du 5 au 8 mai 1842, ravage plus d'un quart de la ville. Près de 1700 maisons sont détruites, ainsi que plusieurs églises et surtout la Mairie (Rathaus) . 51 personnes perdent la vie dans l'incendie et 20 000 n'ont plus de logement. Ces destructions massives sont aussi l'occasion d'engager de grandes rénovations sur l'ensemble de la vieille ville.  Un programme de réhabilitation est rapidement lancé et les alentours immédiats de l'Alster intérieur (Binnenalster) sont remaniés: un bassin d'eau est créé (le "Kleine Alster"), le plan prévoit la construction d'un nouvel hôtel de ville (pour la petite histoire, il faudra compter 44 ans avant que ne soit posée la première pierre de l'édifice et 11 ans de plus avant que le Rathaus que nous connaissons aujourd'hui ne soit achevé) et surtout le projet des Alsterarkaden proposé par Alexis de Chateauneuf (1799-1853) est retenu. L'architecte et urbaniste hambourgeois est le fils d'émigrants français, ce qui explique un nom aux sonorités familières.

A la suite du Grand Incendie, Alexis de Chateauneuf est sollicité pour présider la commission technique en charge des travaux de reconstruction de la ville. De fait, il influe de manière significative sur le style de cette "architecture d'après-incendie" (Nachbrandarchitektur) hambourgeoise, qui se caractérise par un mélange de formes empreintes au classicisme architectural (dans la continuité du siècle précédant) et une approche moderne de style roman. L'architecte réalise ainsi ces arcades de l'Alster dans un style italien et met l'accent sur ses formes circulaires et une certaine symétrie.

Aujourd'hui, l'édifice abrite principalement des boutiques, cafés ou restaurants. Le passage Mellin, qui rejoint les arcades à partir de Neuer Wall est à la fois le plus ancien et le plus petit passage commercial de Hambourg et mérite absolument de lever les yeux lorsque vous le traversez: il offre de superbes fresques Jugendstil au plafond, oeuvres découvertes en 1989 à la suite de l'incendie d'une boutique.

Les arcades n'attirent pas seulement le regard des touristes mais sont aussi très appréciées des Hambourgeois, car proposant un choix de petites boutiques ou de trésors pour les papilles:

  •  Saliba pour le meilleur et le plus fin de la cuisine syrienne: à l'heure du business-lunch, place aux Mazza ou pour les plus affamés au couscous royal et l'été, le thé à la rmenthe en terrasse est idéal pour admirer les cygnes qui s'ébattent dans le bassin adjacent.
  • VLET an der Alster, le petit frère du restaurant de la Speicherstadt, propose depuis quelques mois, une cuisine typiquement hambourgeoise (oui, oui, elle existe !) et des plats régionaux.
  • le libraire et antiquaire d'art Felix Jud. Une des plus belles boutiques d'Europe dans son genre. Je ne peux passer devant sans jeter un coup d'oeil à la vitrine consacrée aux livres pour enfants. De vrais petits trésors en images et textes y sont présentés.
  • Ladage & Oelke, une boutique de prêt-à-porter établie depuis 1845 à Hambourg. Pas du goût de Monsieur ou Madame Tout-le-monde mais une bonne adresse pour qui aime le style countryman britannique.

monhambourg, 31 mars 2017