Tatort, le rituel criminalistique du dimanche soir

Si vous appelez chez des amis un dimanche soir entre 20h15 et 21h45, que vous sentez votre interlocuteur peu concentré sur la conversation, voir désireux d'y couper rapidement court... l'explication est des plus simples: vous l'avez dérangé alors qu'il était plongé dans son rituel hebdomadaire, confortablement installé sur son canapé, devant la série culte du petit écran, TATORT !

 

Tatort, littéralement lieux du crime, c'est bien plus qu'un simple film télévisé, c'est à la fois la plus ancienne série policière de la télévision allemande et le feuilleton culte de la chaîne publique ARD. Plus de 40 ans après la diffusion du premier film et ce malgré une concurrence aux accents new-yorkais ou encore californiens, chaque semaine, plus de 20 % de la population est rivée devant son écran pour suivre avec passion les enquêtes criminelles des Kommissare de police judiciaire.

Achtung, il serait vexant d'oser la comparaison avec l'inspecteur Derrick, le seul policier allemand connu dans l'Hexagone. Il n'y a d'ailleurs pas un Tatort mais plusieurs: la série est un parfait reflet du fédéralisme allemand. Tout comme le pays est constitué de 16 régions ou Länder aux compétences étendues, 17 équipes d'enquêteurs se relaient, semaine après semaine, sur le petit écran. Presque toutes les grandes métropoles de la République Fédérale comptent une équipe et de Brême à Munich en passant par Cologne, Francfort, Berlin, Leipzig et bien sûr Hambourg ou Kiel, le régionalisme s'affiche en toute quiétude. Au-delà d'une petite touche de traditions propres à l'une ou l'autre des régions, le concept est le même: au centre, un Kommissar en solo, duo ou Team, un scénario qui se doit d'être realitätsnah und vorstellbar, proche de la réalité et tout à fait envisageable et enfin des thèmes aussi variés que la société allemande elle-même: qu'il s'agisse de criminalité organisée, d'extrémisme sous toutes ses formes ou même d'un conflit meurtrier au sein d'une colonie de jardins ouvriers ou Schrebergärten, tabous ou fausse diplomatie sont volontairement laissés de côté. Un autre de signe de reconnaissance est le générique de début et de fin. A quelques détails techniques près, il est identique depuis 1970 et sa tonalité a imprégnée des générations d'esprits et fait aujourd'hui quasiment partie du patrimoine fédéral!

Tatort, c'est aussi la possibilité de passer un moment convivial et de partager sa passion pour la série avec d'autres fans. Tous les dimanches soir, près de 150 cafés et bars sur toute l'Allemagne retransmettent le Krimi en direct. Les grands moyens sont déployés pour attirer les fidèles: grands écrans, canapés moelleux et bière ou verre de vin, parfois même quizz ou jeux-concours... A Hambourg aussi, vous pouvez (re)découvrir Tatort en communauté, tous les dimanches soirs (à quelques exceptions près) à partir de 20h15:

Pour en savoir plus ou visionner les derniers épisodes sur internet, voici les liens à consulter:

Chaîne de télévision ARD: www.daserste.de

Site d'informations très détaillé (et autorisé par ARD): www.tatort-fundus.de

Site des fans de la série: www.tatort-fans.de

Tatort est aussi adapté pour la radio depuis 2008: www.radiotatort.ard.de

 

monhambourg, 16 octobre 2012 / actualisé janvier 2019