Helgoland, bien plus qu'un rocher en "haute mer"...

Les toutes premières fois que j'ai entendu parler de Helgoland (ou Heligoland dans la langue de Molière),  ce n'était pas vraiment en termes très élogieux. La description était plutôt celle d'un plateau rocheux perdu en "haute mer" (du Nord), ne (sur)vivant que grâce à un privilège anachronique accordant l'exonération de la TVA aux habitants de l'île; un "paradis hors taxe" ou "Fuselfelsen" (rocher à tord-boyaux) faisant le bonheur de ces "Butterfahrt" ou voyages-shopping dans les années 70 et aujourd'hui des "Tagestouristen" ou touristes d'un jour s'approvisionnant en alcools forts, cigarettes ou encore sneakers dernier cri. Une île rocheuse à priori en complète contradiction avec les longues plages sableuses, les dunes sans fin et les pittoresques toits de chaume des îles de la Frise, de Sylt et de ses consoeurs de la Nordsee. 
Et puis j'en ai appris un peu plus sur le destin assez rocambolesque de ce bout de rocher, sur la richesse de la faune qui s'y est installée, sur ses traditions, y compris culinaires... au final, toute une ribambelle d'informations me donnant envie de découvrir la seule île allemande située en "haute mer", comme les dépliants touristiques se plaisent à souligner. Il m'aura fallu 15 années hambourgeoises avant de faire un tour à Helgoland - littéralement la "terre sacrée" - et de retourner à Hambourg sous le charme de cette escapade insulaire.


Kurz gefasst...
Als ich zum allerersten Mal von Helgoland hörte, war es nicht besonders schmeichelhaft. Es ging mehr um "Fuselfelsen", "Butterfahrt"und "Tagestouristen" als um Inselleben, Natur und Geschichte... In den letzten Jahren konnte ich jedoch viel über die ziemlich schräge Geschichte dieses Felsblocks, die dort angesiedelte Fauna & Flora, die Traditionen und natürlich auch das  Kulinarische lesen und erfahren. Spannend genug um die einzige deutsche Hochseeinsel besuchen zu wollen. 
Ich habe ein fantastisches und hochsommerliches Wochenende auf der Insel verbracht, die Lange Anna und die berühmten Felsen von einem Börteboot aus bewundert, den Balztanz der Basstölpel stundenlang beobachtet, zum ersten Mal in meinem Leben Robben und Seehunden in direkter Nähe gesehen, Helgoländer Knieper mit vollem Genuss gegessen und mich vorgestellt, wie die Insel und ihre Bewohner die Jahrhunderte und die vielen Schicksalswendungen durchquert haben.
Et voilà ! ... einen kleinen Anteil dieser Gedanken schildere ich hierunter in französischer Sprache !


Vue sur les roches de grès et plus particulièrement sur la Lange Anna à partir d'un Börteboot


Du royaume du Danemark...

L'histoire de l'île me fait penser à un roman policier à suspense: une occupation de plusieurs siècles par le royaume du Danemark, toutefois régulièrement défiée par le "continent"  - les villes hanséatiques de Hambourg et Brême ou encore le Duché de Schleswig-Holstein. L'épisode danois prend définitivement fin en 1807 avec l'arrivée de la couronne britannique sur le rocher. Une occupation calculée car il s'agit de contrecarrer la "Kontinentalsperre", le blocus continental mis en place par Napoléon - pour empêcher les Anglais de commercer avec le reste de l'Europe -  alors que ses troupes occupent le Nord de l'Allemagne. Les Britanniques accordent l'autorisation de commerce à des négociants anglais et Helgoland devient alors le repaire des contrebandiers; près de 400 embarcations relient l'île chaque jour. La prospérité des îliens prend brusquement fin lorsque le blocus est levé. La solution? Faire de Helgoland une station balnéaire, un lieu de repos et d'inspiration, pas vraiment pour les Britanniques mais plutôt pour les Allemands. L'île voit ainsi défiler nombre de grands noms de l'époque, dont Heinrich Heine et c'est aussi au cours de son séjour sur l'île, en 1841, que le poète Hoffmann von Fallersleben écrit les paroles de "Das Lied der Deutschen", l'hymne allemand (sur une composition musicale de Joseph Haydn). 


Vue de la petite île soeur, "Düne", sur l'île principale. Au premier plan, un phoque gris dans l'eau


...au troc germano-britannique...

L'archipel avait été officiellement annexé par les Britanniques en 1814 mais ces derniers entretiennent des relations mouvementées avec des îliens au caractère bien trempé, et ce malgré un joli cadeau fait par la Reine Victoria en exemptant l'île des droits de douane! Par ailleurs, de plus en plus de voix se font entendre pour que Helgoland rejoigne le giron  de l'Empire Allemand. Ce sera chose faite en 1890. Les  Britanniques et les Allemands font un échanges d'îles: Helgoland contre l'île de Zanzibar en Afrique de l'Est. Une île qui n'appartient pas tout à fait aux Allemands mais ceux-ci promettent aux Britanniques de ne pas interférer dans la politique britannique concernant le sultanat de Zanzibar (aujourd'hui en Tanzanie). Un troc qui se fait sans que les principaux intéressés aient voix au chapitre. Les îliens ne sont pas très enthousiastes à l'idée de rejoindre le "Deutsches Reich" mais trouvent un peu de réconfort dans le fait qu'ils conservent leur fameuse exonération de droits de douanes, un principe qui vaut encore aujourd'hui et qui fait de leur île un "paradis hors taxe" au sein de l'Union européenne.



... en passant par un mini-Hiroshima...

L'épopée historique des Helgoländer ne s'arrête pas là. En 1938, le régime nazi se lance dans le projet "Hummerschere" (littéralement pinces de homards) pour construire une immense base navale artificielle à l'extrémité sud de l'archipel. Un projet titanesque qui ne voit finalement pas le jour mais la situation stratégique de l'île conduit à des bombardements alliés massifs en 1944 et 1945. La population est finalement évacuée en avril 1945 et Helgoland est ensuite occupée par les forces britanniques. Les soldats transforment le rocher en terrain de tirs et vont encore plus loin dans leur volonté de détruire les bunkers, les installations militaires nazies et une grande partie de l'île: les 18 et 19 avril 1947, les Britanniques opèrent la plus grande explosion non nucléaire que le monde ait (jusque là) jamais connue. 6700 tonnes de TST explosent. L'île survit à l'explosion mais la pointe sud (dont les débris constituent le plateau central actuel) sont emportés, des falaises s'effondrent et l'île prend des allures de paysage lunaire avec les multiples cratères qui se sont formés. Un mini-vallonnement encore bien visible aujourd'hui. Les îliens exilés ont beau protester, leur île servira encore plusieurs années de terrain d'entraînement pour le lâcher de bombes par les pilotes de la Royal Air Force. Ce n'est qu'en 1952 que les habitants pourront enfin retourner sur leur île et se lancer dans sa reconstruction.


"Helgoländer Knieper" - j'ai adoré cette spécialité culinaire propre à Helgoland: 

des pinces de tourteau préalablement "cassées" au marteau. Un vrai régal !


1 250 habitants et 2 000 Fous de Bassans...

Aujourd'hui, Helgoland fait partie de l'arrondissement de Pinneberg (Schleswig-Holstein) et compte environ 1250 habitants qui vivent du tourisme, de la pêche ou encore de la maintenance du parc éolien maritime proche.

Sur l'île principale, les touristes d'un jour ou d'un week-end partent découvrir à pied (voitures et vélos sont interdits sur l'île, les habitants se déplacent en trottinette) la Lange Anna, cette aiguille de grès bigarré, haute de 50 m, qui s'avance dans la mer. Elle est le résultat des mouvements de l'eau et des vents et nul ne sait combien de temps elle subsistera encore. Les magnifiques falaises emblématiques de l'île font aussi le bonheur de toute une population avifaune (près de 370 espèces!), dont les mouettes tridactyles (Dreizehnmöwen), les guillemots (Trottelummen) et surtout un millier de couples de Fous de Bassan (Basstölpel): ces derniers sont arrivés sur l'île en 1991 et leur nombre n'a cessé d'augmenté depuis. Ils nichent en colonies très denses sur les falaises entre avril et septembre; c'est un spectacle extraordinaire de les observer à quelques mètres à peine, absorbés dans leur parade nuptiale ou en train de couver leur oeuf (un rôle assumé à tour de rôle par les deux parents). Un spectacle également très bruyants car leurs cris sont rauques et sonores.


Fous de Bassans en pleine parade nuptiale: révérence, frottements de becs sans oublier l'étirement du cou et des ailes 


Strandkorb, bikinis et phoques...

Helgoland, ce n'est pas seulement l'île principale mais aussi sa petite soeur "Dünen", une île qui comme son nom l'indique, est principalement composée de dunes de sable blanc et gris. Pour la rejoindre, il suffit d'embarquer à bord d'un "Börteboot",  une embarcation plate qui date de l'époque où les plus gros bateaux ne pouvaient débarquer directement leurs passagers sur l'île et les faisaient passer par ces barques. La traversée dure quelques minutes et là, changement complet d'atmosphère, de végétation et de faune... sur Dünen, la plage n'est seulement peuplée de Strandkorb, bikinis et châteaux de sable mais aussi, au printemps et en début d'été, de phoques gris (aussi appelé veau de mer,  Seehund en allemand) et communs (Kegelrobbe). Là encore, un spectacle très émouvant à observer de la plage (distanciation sociale en vigueur natürlich!)... ou même dans l'eau pendant la baignade (quelle n'a pas été ma surprise de me retrouver face à face avec un veau de mer!!). 
Dünen - 70 hectares et 1,25 km sur la longueur - n'a cependant rien d'une île déserte: plutôt bien fréquentée pendant la journée par les îliens et vacanciers, elle ne se vide pas complètement le soir en raison des quelques cabines de vacances colorées et surtout du camping qui offre aux vacanciers sous la tente de merveilleux couchers de soleil. Petit bémol: quelle n'a pas été ma surprise en voyant atterrir un bimoteur sur l'île. L'explication: il est possible de relier Helgoland par la voie des airs. Plusieurs compagnies proposent leurs services et c'est un service dont profitent aussi les îliens. 


Une rencontre très émouvante au détour de la plage de Dünen: Kegelrobben (phoque gris) se dorant sur la plage 


Y aller ? Informations pratiques
Le plus court: au départ de Cuxhaven (1h15 de traversée) ou de Büsum (2h30 de traversée)
Plus long (et plus cher) mais parfait pour remonter l'Elbe jusqu'à son embouchure: 3h45 à partir de Hambourg avec le Halunder Jet, un catamaran motorisé. 
A partir de Cuxhaven ou Hambourg: www.helgoline.de

A partir de Büsum: www.cassen-eils.de/linienverkehr/insel-helgoland/schiff-ab-buesum/

Si vous choisissez l'option "journée", votre séjour sur l'île n'excédera pas les 3-4 heures. 
Attention, il n'est pas toujours facile de trouver un logement pour une nuit sur le web, il est préférable de contacter directement les hôtels ! Je vous conseille de profiter de l'île en soirée et début de matinée. Sans les "touristes d'un jour", son atmosphère est complètement différente, très calme et paisible. Une impression encore plus renforcée par l'absence des bruits de circulation automobile. 


monhambourg, 6 juillet 2020

Kommentare: 2
  • #2

    Christelle (Mittwoch, 08 Juli 2020 21:57)

    Merci, ça donne envie et me rassure - ça fait 10 ans que je suis ici et je n'ai pas encore fait helgoland!

  • #1

    Laurence (Mittwoch, 08 Juli 2020 10:57)

    Merci pour toutes ces explications ! J'ai fait la touriste d'un jour récemment et j'ai adoré cette île. J'y suis allée pour sa faune et j'ai adoré observer tous ces oiseaux et les phoques !