1000 GESTALTEN, art contestataire & G 20

Il n'est pas courant que je me fende de deux billets dans la même journée mais un G 20 à Hambourg et surtout tous ses "à-côtés", ce n'est franchement pas non plus courant...

J'ai assisté aujourd'hui à l'une des ces performances d'art contestataire, 1000 GESTALTEN, dont je vous parlais dans mon dernier post consacré au J-2 du sommet du siècle (tout du moins pour la Hansestadt) et j'avoue en être encore toute chamboulée.

Cet après-midi, tout autour du Chilihaus, des centaines de créatures entièrement grises se sont emparées de l'espace public. Le visage vide d'expression, elles se déplaçaient très lentement, sans aucune interaction les unes avec les autres si ce n'est un espèce de petit bruit métallique provoqué manuellement par chacune de ces créatures  à l'apparence misérables. Ces femmes et ces hommes symbolisaient le reflet d'une société ayant plié devat la complexité de notre monde contemporain, n'assumant pas ou plus leur responsabilité citoyenne et ne songeant plus qu'à survivre.

Soudain, l'un d'eux s'est immobilisé et la métamorphose s'est amorcée: les créatures se sont libérées de leur cuirasse de gris, ont retrouvé couleurs et humanité, leur expression individuelle et sont redevenues les messagers d'une société citoyenne, responsable, solidaire et tolérante...
Une performance de deux heures suivies par un public très nombreux et un message très fort lancé par les organisateurs de cette initiative citoyenne en direction des décideurs qui seront présents à Hambourg cette semaine. Le choc des photos étant plus fort que le poids des mots, voici ci-dessous mes impressions en image...

Vous pouvez agrandir les photos en cliquant directement dessus :-)

monhambourg, 5 juillet 2017

Kommentare: 1
  • #1

    Levesque (Sonntag, 09 Juli 2017 15:12)

    Bravo pour vos photos. Ce n'est pas la presse française qui nous parlerait de cela. il n'y en a que pour Macron....Avez vous des images ou des photos autour du Rote Flora...il parait que des femmes ont lancé des vélos de location contre la police, c'est très symbolique.
    Votre blog m'intéresse. Je ne suis pas de la police, mais je ne dis plus que des choses banales sur mon blog, que les modérateurs et Google ont fini par censurer d'une certaine manière, en refusant de publier la plupart de mes articles.