Le Abendbrot, tradition ou curiosité culinaire ?

Si l'on se penche sur le "typisch deutsch", le Abendbrot est sans aucun doute la première curiosité culinaire dont se souviennent les Français venus à la rencontre de la culture allemande dans le cadre d'échanges scolaires ou de jumelage. Un dîner qui ressemble plutôt à l'idée que l'on se fait d'un petit déjeuner. Du Brot, du pain, qui n'a pas le statut de simple accompagnement comme en France mais occupe la place d'honneur de cette collation familiale et se marie avec charcuteries, fromages et quelques crudités, le tout dans une présentation sobre et sans froufrous.

Le Abendbrot, tradition ou curiosité culinaire ?

Vu de France, le regard se veut à la fois ironique voir légèrement condescendant si l'on est convaincu de la supériorité gastronomique hexagonale mais se mêle aussi d'envie pour ce repas simple à organiser et qui évite la sempiternelle question du "Mais que vais-je donc cuisiner ce soir ?". Etrangement, si l'on se penche de plus près sur cette particularité germanique et que l'on scrute les étagères des librairies ou le web pour en savoir plus, le résultat des recherches est plutôt maigre et même Wikipedia ne consacre pas plus que quelques lignes à ce phénomène pourtant si ancré dans les familles allemandes !

Alors que les Français n'ont pas hésité à inscrire leur gastronomie au patrimoine mondial immatériel de l'Unesco, pourquoi le Abendbrot allemand n'est-il pas reconnu, défendu et fièrement assumé ? Modestie germanique? Petit sentiment d'infériorité culinaire par-rapport aux voisins plus méridionaux ? Ou tout simplement complexité de la définition d'une tradition ancrée sur les tables allemandes depuis des siècles mais dont l'essence même varie de région en région et se conjuge différemment suivant que l'on soit à Berlin, Munich ou Hambourg ? Et même un petit sondage auprès de nos amis, voisins ou collègues nous confirme ce que nous soupçonnions déjà, à savoir que le Abendbrot, c'est avant tout une affaire de famille!

monhambourg a voulu faire la synthèse des essentiels de l'Abendbrot et vous livre ici le résultat de ses investigations culinaires !

  • Tout d'abord,  Abendbrot ne se traduit pas dans la langue de Molière. Ni pain du soir, collation du soir ou assiette froide ne sauraient rendre la nature même du Abendbrot.
  • Un indispensable: Das Holzbrett ou Brettchen, la petite planche, de préférence en bois, souvent rusticale, sur laquelle les différentes composantes du Abendbrot vont prendre place.
  • Das Brot, le pain! Le Brot allemand est à l'image de notre fromage national: riche en variations, en arômes, en régionalismes et en préférences. Pas de pain blanc sur la table mais du Schwarzbrot, pain noir ou du Volkornbrot, pain complet. Un pain invité d'honneur de cette table du soir et qui se consomme en tranches... un moment toujours intense à la boulangerie lorsque la vendeuse vous demande à quelle épaisseur vous souhaitez qu'il soit tranché. Une question éminament scientifique et il semblerait que 8 millimètres soit la dimension idéale pour la Brotscheibe, la tranche de pain! Comment déguste-t-on sa tranche de pain? Les avis sur la question ne sont pas...tranchés mais divergent de famille en famille, suivant que l'on prépare toutes les tartines dans la cuisine ou que la liberté soit donnée aux convives de composer eux-même leur assiette. Un point convergeant cependant, le tartinage de la tranche de pain avec du beurre ou de la margarine.
  • La seconde étape est la garniture dont va s'orner la tranche de pain (à l'exception peut-être de certains petits enfants réticents et qui se contentent de leur tartine beurrée!) et là, le champ d'action est bien vaste, laissé à l'imagination et à la créativité de chacun: charcuterie, fromage, poisson fumé, cornichon, tranche de tomate et pourquoi pas miel ou confiture de fraise.
  • Die Wurst, la charcuterie: Régionalismes mis à l'écart, c'est tout aussi bien du jambon blanc, jambon fumé (Schwarwälder, Holsteiner Katenschinken, etc), Salami, Mortadella que de la Fleischwurst (cervelas) ou encore de la Mettwurst, cette sorte de pâte à tartiner conservée sous forme de saucisse. A l'exception de la Mettwurst, là encore, toute est question de tranches, de Aufschnitt!
  • Der Käse, le fromage: Vous êtes-vous déjà retrouvé au rayon laitier du supermarché devant tous ces Käseaufschnitt, fromages en tranches ? Mission quasiment impossible de faire un choix devant ces Gouda, Edamer, Emmentaler, Tilsiter, Masdamer, Butterkäse, façon nature ou parfumés au poivre, au cumin, aux herbes... Et si vous habitez la métropole hambourgeoise, c'est le moment de découvrir les fromages à pâte dures du Nord de l'Allemagne, les Büsumer, Dannwischer, Deichkäse, etc (très intéressant, le Käserfinder sur le site de la route du fromage de Schleswig-Holstein). Les fromages à pâte molle ne sont pas autant mis de côté et là encore, rien de plus normal que de présenter le brie prédécoupé! Enfin, les Frischkäse, fromages frais, sont aussi appréciés pour tartiner la tranche de pain et s'enrichissent parfois même d'arômes ou d'ingrédients particulièrement audacieux!
  • Et les légumes dans tout cela ? Il serait injuste de limiter le Abendbrot à une consommation de pain, Wurst et Käse. Suivant les régions et les saisons, il peut s'enrichir d'un petit bouillon de légumes, d'une salade verte et en tout cas, de Rohkost, de crudités présentées à l'état naturel: petites tomates, de sobres poivrons ou concombres coupés en tranche et aussi les célèbres Gurken, n'ayant qu'un vague lien de cousinage avec nos cornichons hexagonaux: un format XXL, un goût moins intense mais souvent plus sucré, en tranches ou entiers et aux noms annonciateurs de Gurken du Spreewald, de Moscou voir de Hongrie  ou bien encore pour les bûcherons!
  • Et le dessert ? Et bien de Nachtisch, il n'y en a point... mais si vous aussi, vous ne pouvez finir un repas sans touche sucrée, un fruit ou un yaourt feront parfaitement l'affaire.
  • Quant aux boissons accompagnant le Abendbrot, en hiver Früchtetee ou Kräutertee, thé aux fruits ou infusions et à la belle saison, pourquoi pas une bière ou du jus de pomme ? Il n'est pas non plus interdit d'y préférer un petit verre de vin, blanc ou rouge...

Le Abendbrot: difficile de s'arrêter lorsque l'on commence à s'intéresser de près à sa définition et à sa composition... Aujourd'hui c'est aussi une tradition qui perd de son essence, parce qu'en Allemagne aussi, les modes de vie évoluent et que le déjeuner, autrefois le grand repas chaud et convivial de la journée, est peu à peu remplacé par un repas sur le pouce avec sandwichs ou part de pizza. C'est donc le soir que l'on passe plus de temps dans la cuisine pour élaborer un repas familial composé d'un plat chaud.

Il ne nous reste plus qu'à espérer que le Abendbrot soit inscrit au patrimoine avant son extinction car, même pour les Français, il représente tout un pan de la culture allemande, dont on ne voudrait pour rien au monde se passer!

 

monhambourg, 22 janvier 2013