Portait franco-hamburgisch

Charlotte, danser pour voyager vers soi

Mon Hambourg, ce sont aussi toutes ces belles rencontres franco-hambourgeoises, ces passeurs de frontières, ces architectes du rapprochement de nos cultures. Leurs parcours, leurs  idées, leurs valeurs et surtout la posture qu'elles ou ils choisissent d'adopter pour trouver leur place dans un environnement (inter)culturel qui n'est initialement pas le leur, m'inspirent et m'enrichissent. Je me réjouis de partager aujourd'hui avec vous l'expérience franco-hambourgeoise de Charlotte, danseuse, choréographe, professeure de danse et danse-thérapeute.

 

Mon Hambourg, mein Hamburg, das sind auch herrliche französisch-hamburgische Begegnungen, Grenzgänger und Brückenarchitekten zwischen unseren Kulturen. Besonders inspirierend finde ich ihren Weg, ihre Ideen, ihre Werte und vor allem ihre Haltung,  um ihren Platz in einem neuen (inter)kulturellen Umfeld zu finden. Heute erzählt  Charlotte - Tänzerin, Choreograph, Tanzlehrerin und -therapeutin - über ihr neues französisch-hamburgisches Leben. 


Tu as plusieurs cordes à ton arc: tu es tout à la fois danseuse, chorégraphe, professeure de danse et danse-thérapeute. Comment te définis-tu ?

Oui et toutes ces "cordes" se retrouvent sur le même arc !! Ma formation de danseuse s'est enrichie au fil des ans et aujourd'hui ces différentes pratiques s'inspirent les unes des autres. Je fais volontiers le parallèle entre mon développement personnel et un puzzle dont les pièces s'emboiteraient les unes dans les autres. Mes formations complémentaires en psychologie et danse-thérapie m'ont apporté de nouvelles compétences,  j'enseigne un art mais surtout je place l'interaction avec mes élèves au coeur de mon métier.

Exerces-tu de manière différente qu’en France ?

J'ai été formée en France et je travaille aujourd'hui presque exclusivement en Allemagne. Les débuts ont été très durs car je ne me sentais pas du tout connectée à mes élèves. Je n'arrivais pas à créer cette chaleur qui m'est indispensable dans les contacts et les interactions avec l'autre. J'ai été poussée si loin dans mes retranchements que j'ai même imaginé me réorienter professionnellement. Jusqu'à ce que je réalise que le problème ne venait pas de moi mais de la barrière de la langue et du coup de ma difficulté à communiquer. J'avais deux possibilités: abandonner ou bien sortir de ma zone de confort et affronter mes lacunes ! J'ai opté pour la seconde solution, ce qui m'a conduit à être beaucoup plus créative; j'ai fait appel à certaines compétences auxquelles je n'aurais jamais pensées si je n'avais pas été confrontée à ces barrières et aujourd'hui, je me sens libre de pouvoir travailler comme je le veux. Le syndrome de l'imposteur est derrière moi et j'ai trouvé ma place à Hambourg.

J'en déduis que tu parlais peu ou pas allemand lorsque tu es arrivée à Hambourg. Quelle a été ta recette pour dompter la langue? 

Je ne parlais pas du tout allemand il y a deux ans. J'ai commencé avec des applications et une méthode pour les bases et la communication au quotidien puis j'ai démarré un tandem avec une Allemande. J'ai énormément appris de nos échanges et lorsque j'ai fini par m'inscrire à un cours, j'avais déjà le niveau B1. J'ai vraiment travaillé pour améliorer mon allemand. Pour cela, il est essentiel de parler et non, ce n'est pas grave si vous faites des fautes! Et cela même dans un environnement professionnel. J'ai vraiment eu du mal la première fois que j'ai donné un cours de danse en allemand mais j'y suis - plutôt bien - arrivée! 

Se lancer dans un projet professionnel - et encore plus en tant qu'indépendante - est plus compliqué dans un pays étranger. Comment as tu monté ton projet ? 
J'étais très naive car je n'avais aucune idée du statut ni de tout ce qu'il implique, aussi bien en France qu'en Allemagne. Mais je suis sûre que c'est cette même naïveté qui m'a permis  de voir tout le positif dans ma démarche professionelle. J'aurais peut-être eu plus de réserves si j'avais été en France mais à Hambourg, je me suis sentie bien entourée. J'ai frappé à la porte des associations qui aident les étrangers à monter leur projet professionnel et y ai trouvé tout autant des informations qu'une écoute bienveillante. Un excellent réseau  - par ailleurs presque toujours gratuit - qui a grandement facilité mes démarches. 

Quels sont tes projets aujourd'hui ? 
Je donne des cours de danse (classique, jazz, éveil à la danse pour les enfants) en allemand depuis mars 2019 et j'ai aussi un cours en français depuis un an. C'est un format qui a beaucoup de succès et que j'aimerais développer à l'intention des Hambourgeois*es francophones. J'imagine aussi un cours que je puisse donner dans les deux langues, en français et en allemand. 
Je suis également en train de développer mon activité de danse-thérapeute et souhaite monter un atelier  de développement personnel en danse-thérapie: il s'agit d'utiliser la danse et plus largement le mouvement à des fins de travail sur soi; plus largement, cela s'adresse aussi aux personnes en situation de handicap, de mobilité réduite, de troubles psychologiques... J'aimerais travailler avec d'autres thérapeutes et cherche un cabinet ou atelier à partager. Enfin, je travaille en ce moment à un projet en ligne d'accompagnement des professeurs de dans et d'analyse de leur pratique professionnelle.



Nous voilà aujourd'hui dans une nouvelle phase de confinement et tu fais partie des professions touchées de plein fouet par les restrictions. Comment as-tu vécu le premier "lock-down" et comment envisages-tu les semaines à venir?
J'ai eu la chance de ne pas avoir été impactée par la première "vague" et de donner mes cours en ligne. Cela a nécessité une grosse logistique en amont, m'a obligée à sortir de ma zone de confort mais j'ai aussi vécu des moments très forts: je n'oublierai jamais ces cours pour enfants auxquels les parents pouvaient se joindre car nous dansions dans nos salons respectifs ! Ces derniers mois ont été très éprouvants du fait des règles très strictes d'hygiène à respecter mais j'ai eu la chance de pouvoir travailler. La crise du Covid-19 m'a obligée à être constamment flexible mais elle est aussi synonyme de nouvelles perspectives. Jamais je n'aurais imaginé enseigner via un écran lorsque je me suis lancée dans l'aventure l'année dernière. Et aujourd'hui je suis même en train d'imaginer de nouveaux formats et concepts pour l'avenir. Le mois de novembre va être très compliqué et je ne suis pas sûre de pouvoir donner tous mes cours en ligne mais je reste confiante. J'ai déjà prévu de passer au format digital pour mon cours de danse moderne en français (pour vous inscrire en contactant Charlotte, c'est ICI) et me réjouis d'y voir peut-être de nouveaux élèves ! 

 Tu as fait le choix de jeter l’ancre à Hambourg. Pourquoi et qu’est ce qui te plait dans notre métropole ? et que voudrais-tu (peut-être) changer? 

Je retrouve à Hambourg des valeurs humaines qui me correspondent, en terme d'honnêteté, de reconnaissance de l'effort et surtout dans la manière de vivre les uns avec les autres. J'y ressens beaucoup moins d'individualisme qu'en France. Je me sens à l'aise, en sécurité et libre d'être moi-même. J'ai peut-être des lunettes qui me font tout voir en rose et je ne sais pas si c'est seulement grâce à Hambourg que j'ai pu monter un projet qui me donne des ailes... mais au final, ce qui importe, c'est que c'est ici et aujourd'hui !!!
La seule chose que j'aimerais parfois changer, c'est le climat et puis il fait aussi nuit un peu trop tôt à mon goût en hiver. Ce qui me manque également, ce sont les vols directs pour rejoindre Lyon, ma ville natale.

Un quartier ou un endroit particulier qui te donnent chaud au coeur ? 
J'adore le trajet de S-Bahn entre Dammtor et la gare centrale, car la vue sur l'Alster y est magique. Je vis à Harburg et aime beaucoup me promener dans le Stadtpark, autour du lac. 

Quel conseil donnerais-tu aux Français qui posent leurs valises à Hambourg et/ou qui souhaitent monter un projet professionnel? 

Ne pas rester seul, se connecter et frapper à toutes les portes pour obtenir de l'aide et des informations. Sortir de sa zone de confort, développer de nouvelles compétences, faire preuve de créativité  et transformer les opportunités offertes en un projet professionnel qui donne des ailes ! 


Pour contacter Charlotte et/ou en savoir plus sur ses cours et ses projets:

www.danserchavirer.com

 

Cours de danse moderne en langue française:
le jeudi de 19h à 20h15 dans le quartier d'Altona et à partir du 5 novembre 2020 (et tant que les studios de danse seront fermés), en ligne. Pour en savoir plus et/ou vous inscrire, cliquer ICI puis sur le formulaire de contact.


monhambourg, 4 novembre 

Kommentare: 0