Der steinerne Orientteppich... les 1001 nuits de la Speicherstadt

Un parfum de 1001 nuits flotte dans la Speicherstadt... 27 mètres de long,  mélange de quartz, granit et marbre, le Steinerner Orientteppich ou tapis d'Orient de pierre est une oeuvre d'art urbaine réalisée par le sculpteur allemand Frank Raendchen en 2005 .
A l'époque, c'est alors une sorte de "tapis rouge" invitant à se rendre vers la proche Elbphilharmonie. Le prestigieux bâtiment et nouvel emblème culturel hambourgeois ouvre ses portes avec une décennie de retard mais le tapis fait lui le bonheur des flâneurs et visiteurs de la Speicherstadt (quartier inscrit au patrimoine de l'UNESCO depuis 2015). Après une décennie et demi de bons et loyaux services et en dépit de travaux d'embellissement à intervalles réguliers, le tapis accuse le poids des ans, des intempéries hambourgeoises et surtout des frottements de millions de pieds des touristes et mélomanes. 
Ce qui conduit l'artiste, soutenu financièrement par la Fondation hambourgeoise "Körber Stiftung" et aidé par des bénévoles, à présenter un nouveau tapis de pierre il y a quelques mois: 1,5 tonnes de granules de marbre, des tonalités ocres qui collent parfaitement aux briques rouges des entrepôts proches et devraient mieux résister que les tons bleus de l'oeuvre précédente (photo de l'oeuvre initiale en bas d'article) et surtout un message qui reste le même: Hambourg, ville d'ouverture et d'accueil et où il fait bon se sentir "comme à la maison"...



[ KURZ GEFASST ] Der Steinerne Orientteppich als urbanes Kunstwerk erinnert uns daran, dass die Speicherstadt als größter Handelsumschlagsplatz für viele Schätze aus der Orient fungiert, darunter auch für orientalische Teppiche. Der 27 Meter lange Teppich aus Quarz, Granit und Marmor gehört zu meinen Lieblings-"Tourismustipps" (und Selfie-Muss !), wenn ich mit Familie oder Freunden durch unsere Hafenstadt flaniere.



Située sur le pont Wilhelminen-Brücke à partir duquel la Speicherstadt, la cité des entrepôts, nous offre le spectacle de bâtiments de brique rouge parfaitement alignés le long du canal de Kehrwieder, l'oeuvre nous rappelle que nous nous trouvons au coeur même de ce qui a contribué à faire de Hambourg une métropole hanséatique particulièrement prospère. Ces bâtiments renferment ou plutôt ont renfermé entre leurs murs nombre de trésors commerciaux rapportés des quatre coins du monde... café, thés, épices mais aussi tapis orientaux.

En dépit de la disparition d'une grande partie des Teppichhändler, des marchands de tapis de la Speicherstadt depuis le début des années 1990 - leur nombre est passé de 300 à 65 - Hambourg est toujours et encore considérée comme "plaque-tournante" du commerce de tapis. Un chiffre d'affaire annuel qui est aujourd'hui estimé à 150-200 millions d'euros. Les pièces, souvent uniques et de grande qualité, proviennent du Maroc, de Turquie, d'Inde, d'Iran, de Pakistan ou encore d'Afghanistan et repartent ensuite principalement vers les USA ou l'Australie. Il n'est pas rare de pouvoir jeter un coup d'oeil à l'intérieur des entreprôts où sont entreposés les tapis, le long de Sandtorkai ou du Brook.

A découvrir ou redécouvrir lors de votre prochaine visite dans la Speicherstadt, "selfie" des pieds compris... il est suffisamment rare de pouvoir s'approprier une oeuvre d'art pour ne pas en profiter ;-)

monhambourg, 30 décembre 2019


Steinerner Teppich 2005-2019

Steinerner Teppich depuis 2019



Kommentare: 0
Kommentare: 0