Le Paternoster, "l'ascenseur du peuple"

En vous rendant dans l'une des administrations de Hambourg, vous vous êtes peut-être déjà retrouvé face à une drôle de cabine ouverte, en mouvement continu et devant laquelle vous avez du vaincre votre appréhension pour passer à l'étage supérieur. Ce monte-charge d'un temps révolu porte le nom de paternoster, une allusion au chapelet utilisé par les croyants catholiques pour dire la prière Notre Père.


Le paternoster est un ascenseur ouvert, composé de deux conduits, l'un qui monte et l'autre qui descend... et contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, non, vous ne redescendez pas la tête en bas, mais la cabine garde bien sa verticalité !

Inventé en Angleterre, le tout premier paternoster mis en service sur le continent, le fut en 1885 à Hambourg, dans le Kontorhaus Dovenhof, un bâtiment hébergeant des bureaux commerciaux (détruit en 1967). Son succès fut rapide et le paternoster devint très vite un élément familier des bureaux et administrations, principalement des lieux ouverts au public et dans lesquels circulait beaucoup de monde. Des 679 paternoster que comptait l'Allemagne en 1936, plus de la moitié se trouvaient à Hambourg! Dans la Hansestadt, l'ascenseur historique était surnommé "Proletenbagger" , littéralement "monte-charge du peuple", parce qu'utilisé par les employés tandis que les ascenseurs fermés étaient réservés aux directeurs et responsables hiérarchiques.

Malgré une vitesse limitée, les risques d'accidents étaient élevés et en 1890, la police de Hambourg relevait 29 accidents dont 5 mortels !



Ils disparurent peu à peu dans la seconde moitié du 20ème siècle, les ascenseurs modernes les remplaçant au fur et à mesure de la modernisation des bâtiments. Une Loi fédérale faillit même les bannir complètement en 1994 mais bien heureusement, une exception fut faite pour les paternoster encore en service. Aujourd'hui, on en compte encore 44 à Hambourg et si vous n'avez pas encore eu l'occasion d'emprunter cet élévateur historique, c'est une expérience à ne pas rater!


La plupart sont accessibles et, joli paradoxe, souvent dans les administrations, là même où naissent normalement lois ou directives régissant les dangers qui nous guettent au quotidien.

Ils sont donc accessibles au public en même temps que les services qui les hébergent.
Vous les trouvez dans les lieux suivants:

  • Arrondissement de Eimsbüttel (Bezirksamt), Grindelberg 62 et 66
  • Arrondissement Hamburg Nord (Bezirksamt) à Eppendorf, Kümmelstraße 7
  • Administration fiscale (Finanzbehörde), Gänsemarkt 32 (centre-ville)
  • ZBW (Deutsche Zentralbibliothek für Wirtschaftswissenschaften), Neuer Jungfernstieg 21 (centre-ville)
  • Ziviljustizgebäude, Sievekingsplatz (centre-ville)
  • Sprinkenhof, Burchardstr. 32 (seulement pour les visiteurs)
  • Laiesz-Hof, Trostbrücke 1 (centre-ville)
  • Paulsenhaus, Neuer Wall 72 (centre-ville)
  • Stomanhaus B, Steinhöft 11-17 (centre-ville)

Pour une liste complète des paternoster encore en service à Hambourg et dans toute l'Allemagne, vous pouvez consulter le site www.flemming-hamburg.de.

Et pour le clin d'oeil humoristique, à (re)lire ou à (re)voir sur DVD, le reportage  de l'émission Karambolage sur Arte: www.arte.tv/fr/l-objet-le-paternoster

 

monhambourg, 25 septembre 2012 / actualisé janvier 2019