"No Hamburg - No Beatles" ou comment le groupe est véritablement né à Hambourg

Je savais que Hambourg avait joué un rôle dans la carrière des Beatles mais à la lecture ou à l'écoute des multiples interviews, reportages ou articles des derniers jours, j'ai réalisé que c'était bien plus qu'un gag marketing pour attirer les touristes. Comme le dit Mark Lewishon, le biographe des Beatles, "No Hamburg, No Beatles": sans Hambourg, les Beatles n'auraient pas existé! 


Kurz gefasst...

Ich wusste, dass Hamburg eine Rolle in der Karriere der Beatles gespielt hatte, aber beim Lesen bzw.Hören der vielen Interviews, Berichte und Artikel der letzten Tagen und Wochen ist mir wirklich klar geworden, das es ohne Hamburg keine Beatles gegeben hätte. Von mir kommt dieser Spruch nicht, sondern von Mark Lewishon, dem bekanntesten Beatles-Autor, der einst gesagt hat: "No Hamburg, No Beatles"! 
In diesem französischsprachigen Text erzähle ich über den Fehlstart der jungen Musiker aus Liverpool auf der Bühne des Indra Clubs am 17. August 1960 und wie Hamburg bzw. Hamburger dazu beigetragen haben, dass sich die unerfahrene Rock-'n'-Roll Clique in die einflussreichste und populärste Band der Musikgeschichte verwandelte. 
60 Jahre später erweist Hamburg eine Ehre an die Musiker und an ihren hamburgischen Karrierestart. 

Am Montag 17. August 2020, ab 21.00 Uhr, könnt Ihr die Hommage an die Beatles über eine Live-Jubiläumsshow aus der originalen Location virtuell erleben: Musik, Zeitzeugen, Anekdoten für ein einzigartiges Rock-'n'-Roll-Special auf www.stream-shout.hamburg. Ab 20.00 Uhr spielt ebenfalls die Jazz Musikerin Julia Hülsmann aus dem großen Saal der Elbphilharmonie. Das Konzert wird auf dem Platz vor dem Konzerthaus übertragen. 


Hambourg ou plutôt - pour rendre à César ce qui est à César - un petit groupe de Hambourgeois ont contribué à faire des jeunes musiciens inexpérimentés de Liverpool le groupe le plus influent et le plus populaire de toute l'histoire du rock.  La date à retenir c'est le 17 août 1960, avec la première apparition sur scène de John Lennon, Paul McCartney, George Harrison, Stuart Sutcliffe et Pete Best sous le nom des "Beatles". Jusque là, les musiciens jouaient rarement ensemble, gagnaient quelques livres sterling en interprétant d'autres artistes (ils n'avaient pas de propres compositions) pendant des soirées privées ou dans des pubs. C'est Bruno Koschmider, Hambourgeois et gérant des clubs Indra et Kaiserkeller sur St Pauli qui les fait venir à Hambourg: il est à la recherche de groupes de "Rock-'n'-Roll" pour répondre à l'envie du public d'écouter ce style de musique déjà bien en vogue sur le continent américain. Et puis le Schlager allemand, ce n'est vraiment plus ce que les jeunes Hambourgeois ont envie d'écouter !!! A défaut de trouver des groupes locaux ou allemands en mesure de se positionner sur cette nouvelle tendance, il va faire un tour à Liverpool, noue des contacts et se fait finalement envoyer les "Silver Beatles", un groupe considéré comme du second choix, après l'annulation de trois autres groupes.  C'est leur tout premier engagement: 3 mois 1/2 sur le Kiez hambourgeois!

 



Et voilà les 5 musiciens sur la scène de l'Indra, un club dont la clientèle est alors surtout constituée de prostituées et proxénètes ou encore de fêtards fortement alcoolisés ! Qui plus est, c'est la première fois qu'ils jouent ensemble aussi longtemps, bien au-delà des 23 heures britanniques signifiant la fermeture des pubs. Ils n'ont pas assez de titres pour cette première soirée, ne savent pas  jouer comme un seul homme et le public n'hésite pas à se moquer d'eux et à les huer. Ce premier concert est un vrai flop mais hors de question de s'arrêter là. La légende (ou pas!) veut que les Beatles n'avaient pas compris les termes du contrat les engageant à  Bruno Koschmider et ce dernier les fait jouer soir après soir, des heures durant, jusqu'à ce que le dernier matelot ou ivrogne ait quitté le club. A forcer d'user leurs souliers sur la scène (et en ayant recours aux amphétamines pour soutenir le rythme infernal), les 5 musiciens améliorent voix, performance et style, attirent un public plus nombreux et plus averti, ce qui pousse le gérant de l'Indra à faire jouer le groupe - après 41 soirées sur la scène de l'Indra - dans son second club, le Kaiserkeller (Große Freiheit 36). Ils y joueront 50 nuits de suite (ou presque, seul le lundi était libre).


"I was born in Liverpool but grew up in Hamburg"
John Lennon


Ce premier engagement se termine sans gloire: encouragés par le succès de leur rock-'n'-roll à la hambourgeoise, les musiciens acceptent de jouer dans un club rival. Cela rend Bruno Koschmider furieux: il met fin à leur contrat et dénonce Georges Harrison aux autorités allemandes, car ce dernier, encore mineur, avait menti sur son âge pour venir à Hambourg. Il se fait expulser en Angleterre fin novembre. Pour la petite histoire, Paul McCartney et Pete Best passent également une nuit dans les cellules de la Davidwache, le célèbre commissariat de la Reeperbahn, accusés par Bruno Koschmider d'avoir voulu mettre feu à leur chambre: le logis est insalubre, peu éclairé et lorsque les deux musiciens veulent récupérer leurs affaires personnelles, ils ont l'idée d'enflammer un préservatif accroché à un mur pour faire de la lumière🤣🤣 Eux aussi se font expulser d'Allemagne le lendemain.
Alors qu'ils ne décollent pas encore sur Liverpool et le Royaume-Uni, les Beatles reviennent régulièrement sur Hambourg jusqu'à la fin de 1962. Ils y font au total 5 séjours et jouent notamment 92 soirs de suite sur la scène du Top Ten Club (au numéro 136 de la Reeperbahn). C'est également à Hambourg qu'ils font la connaissance de Ringo Starr, celui-ci se produisant, au même moment, avec un autre groupe, sur la scène du Kaiserkeller.


La place des Beatles, sur la Reeperbahn, à l'entrée de la rue "Große Freiheit"
est un hommage au groupe et à leur début de carrière hambourgeois. 


Enfin, c'est aussi à Hambourg qu'ils échangent coiffure à la banane ou cheveux gominés et peignés en arrière contre la célèbre coupe au bol ou "Pilzkopf" qui accompagne leur succès. L'origine en revient à une photographe hambourgeoise, Astrid Kirschherr (décédée en mai dernier): elle est non seulement la première à immortaliser les débuts du groupe en clichés noirs et blancs mais, inspirée par les mouvements artistiques de l'époque, coupe les cheveux de Stuart Sutcliffe avec lequel elle entretient alors une relation amoureuse (il décidera de rester avec elle à Hambourg fin 1961 mais  décède  d'une hémorragie cérébrale quelques jours avant le retour des Beatles à Hambourg en avril 1962. Il n'avait que 21 ans). La coupe est ensuite adoptée par George Harrison puis par le reste du groupe.



Egalement à retenir dans l'histoire des Beatles avec un grand H (comme Hambourg😉): "Cry for a Shadow", un titre de rock instrumental et le tout premier enregistrement des Beatles, a également une origine hambourgeoise. Le titre est enregistré le 22 juin 1961 à Harburg (dans la Friedrich Ebert Halle), alors que le groupe accompagne Tony Sheridan pour un enregistrement. Le morceau a été écrit par John Lennon et George Harrison et se veut une imitation du style du groupe de rock les Shadows.

Hambourg et les Beatles, c'est une belle histoire qui fera dire à John Lennon: "C'est à Liverpool que je suis né mais c'est à Hambourg que je suis devenu un homme"... La ville a elle aussi profité de la popularité du groupe. Les Beatles et St Pauli ont indéniablement contribué à faire de Hambourg une capitale allemande du pop pendant plusieurs décennies. Ce qu'il en reste aujourd'hui: le musée consacré aux Beatles a du fermer ses portes après seulement 3 années d'existence mais les traces des Beatles restent présentes au travers de nombreuses références et surtout dans la mémoire populaire.
En ce lundi 17 août 2020, Hambourg célèbrera bien évidemment ce 60ème anniversaire du tout premier concert du groupe sur la scène de l'Indra. Coronavirus oblige, ce ne sera pas en grandes pompes mais en ligne.  Au programme, un show virtuel "Stream & Shout, Hamburg celebrates 60 years of the Beatles" (ou www.stream-shout.hamburg) à partir de 21heures, en direct du club l'Indra, avec un hommage en musique ou encore l'évocation de leur passage historique à Hambourg. La pianiste de jazz Julia Hülsmann jouera également un hommage aux Beatles à partir de l'Elbphilharmonie, à partir de 20h00. Le concert sera diffusé sur la place devant l'Elbphilharmonie.

 

monhambourg, 16 août 2020